Visiter le Palais du Bey à Oran

Palais-du-Bey-Oran

Un lieu de pouvoir, symbole de l’histoire d’Oran

Visiter le Palais du Bey à Oran est une activité incontournable de la ville. Si vous vous demandez que faire à Oran, et bien sachez que la visite d’Oran et du Palais du Bey sont une partie de la réponse.  

Le Palais du Bey à Oran, aussi appelé « Château Neuf », n’a pas été immédiatement construit tel qu’on le connaît aujourd’hui. En effet, c’est le sultan mérinide Aboul El Hassan, qui donne l’ordre au 14ème siècle de construire un fort à l’emplacement de l’actuel Palais du Bey. Ainsi, il appellera ce fort « Bordj Lahmar », traduit de l’arabe, cela signifie « Le Donjon Rouge ». L’objectif de ce fort était de renforcer la surveillance de la ville du côté maritime.

Cette surveillance accrue n’épargna pas Oran d’une invasion étrangère. En effet, en 1514, les espagnols attaquent la Wilaya d’Oran et en prennent le contrôle. Ils l’occuperont jusqu’à 1708, et pendant toute cette période d’occupation, le « Bordj Lahmar » servira de base à tous les gouverneurs espagnols qui se succédèrent. Ils nommèrent cette base, le « Rozalcazar », et apportèrent au monument de nombreuses améliorations, à tel point que ce dernier devint la place forte la plus importante de la ville.

En 1708, le Bey Bouchelaghem parvient à libérer Oran de l’emprise espagnole. Il reprend donc le contrôle de la ville et du « Rozalcazar » jusqu’en 1732. La seconde occupation espagnole aura lieu de 1732 à 1792, cette période est très importante pour le Château Neuf. En effet, la muraille côté nord du palais, ainsi que les souterrains qui menaient aux Forts extérieurs à la ville, ont été construit à ce moment par les occupants espagnols.

Aujourd’hui encore, on peut trouver, graver sur la porte du château, une inscription en espagnol qui dit « sous le règne de Charles III et sous le commandement de Don Juan Zermano, on fit construire les voûtes pour le logement de la garnison et on édifia le château, en ce qui concerne la partie qui regarde la mer ». Preuve indélébile de l’occupation espagnole, mais aussi de sa contribution au renforcement du palais.

Le Palais du Bey et sa visite

En 1792, le Bey Mohamed El-Kebir, reprend Oran aux espagnols, et fait du Château Neuf sa demeure, ainsi que le lieu de pouvoir de son règne. C’est pourquoi on l’appelle aujourd’hui le « Palais du Bey ». Il fît d’ailleurs inscrire une phrase en arabe qui rend hommage à la libération d’Oran de 1972. Celle-ci se trouve juste en dessous de l’inscription espagnole. Côté sud, le Bey Mohamed El-Kebir ajoutera des appartements pour lui et le pavillon de la « favorite » qui est sa femme préférée, car à cette époque, les Bey avaient plusieurs concubines. On trouve également dans cette partie sud du Palais, de magnifiques jardins dans lesquels le Bey accueillait ses compagnes.

Durant votre visite du Palais du Bey, vous pourrez découvrir les principaux espaces du palais. Tout d’abord, vous visiterez le Diwan. Située à l’entrée, c’est une des pièces les plus grandes du palais. En observant bien les murs, vous pourrez voir que la place du Bey et celle de ses subordonnés est définie par des indications murales. En outre, la salle comprend d’imposants piliers de marbre, ainsi que des panneaux en bois peints dans le style Oriental.

De plus, un peu plus loin, vous découvrirez le jardin à volière. Celui-ci servait à communiquer à l’aide de pigeons voyageurs. Près de la volière se trouve une petite salle quelque peu particulière. En effet, celle-ci était le lieu de recueillement religieux du Bey. Seule une poignée de personnes avaient le droit de le dérangé lorsqu’il s’y trouvait, vous pouvez donc aisément imaginer l’importance de cet endroit pour le maître des lieux.

Par ailleurs, vous visiterez également les donjons ou étaient enfermés les prisonniers, et les restes d’une chapelle, datant de l’occupation espagnole.

Pour finir, bien qu’en très mauvais état aujourd’hui, le Palais du Bey à Oran a été classé en 2005 au patrimoine national Algérien. C’est pourquoi des travaux de rénovation ont été réalisés et une autre série de travaux est prévue. Cependant la visite vaut le détour, car elle vous transportera dans les rebondissements de l’histoire de la ville d’Oran.

Après avoir lu ces lignes, vous ne pouvez plus vous demander « que faire à Oran », vous n’avez plus qu’à monter dans un taxi Oranais et lui demander de vous emmener au Palais du Bey !